ajonc


ajonc

ajonc [ aʒɔ̃ ] n. m.
• 1389; par attract. de jonc; ajo(u)XIIIe; mot berrichon d'o. probablt prélatine
Arbrisseau à feuilles en épines acérées (papilionacées), à fleurs jaunes, commun dans les landes atlantiques.

ajonc nom masculin (préroman ajaugone, avec influence de jonc) Arbuste (papilionacée) extrêmement épineux des landes bretonnes et atlantiques, aux nombreuses fleurs d'un jaune éclatant.

ajonc
n. m. Arbrisseau épineux (genre Ulex, papilionacées), à fleurs jaunes, poussant en terrain sec, non calcaire, dans les régions tempérées et les zones montagneuses des régions tropicales.

⇒AJONC, subst. masc.
BOT. Arbuste épineux à fleurs jaunes qui croît sur les terres pauvres :
1. Comment exprimer ce que j'ai éprouvé en m'enfonçant encore une fois dans la solitude, et dans une solitude qui me rappelle le pays de mes plus doux songes, la Bretagne? (...) L'aspect des champs est à peu près le même : il y a des chemins creux et couverts de verdure, des sentiers le long des blés, des échaliers, des clôtures d'ajonc, de genêts et de chênes rabougris; ...
M. DE GUÉRIN, Journal intime, 25 juin 1834, p. 208.
2. Les oiseaux chantaient comme au printemps et se poursuivaient dans la lande. Les bruyères étaient en fleur; la colchique étoilait les prés; sur la marge des sentiers, l'or des ajoncs commençait à poindre. Comme une fiancée qui sent sa fin prochaine et veut mourir dans ses habits de fête, la nature, près de se voiler, se parait de ses plus riches couleurs et répondait par un dernier sourire aux derniers adieux du soleil.
J. SANDEAU, Sacs et parchemins, 1851, p. 36.
3. L'ajonc rit près du chemin;
Tous les buissons des ravines
Ont leur bouquet à la main;
L'air est plein de voix divines.
V. HUGO, Les Chansons des rues et des bois, Liberté, 1865, p. 244.
4. ... par terre, des feuilles mortes amoncelées et de l'humidité froide, le chemin creux, bordé d'ajoncs verts, devenait sombre sous les branchages, puis se resserrait entre les murs de quelque hameau noir et solitaire, croulant de vieillesse, qui dormait dans ce bas-fond; ...
P. LOTI, Pêcheur d'Islande, 1886, p. 274.
5. ... sa conversation s'imprégnait un peu du charme mélancolique des pardons et, comme dirait ce vrai poète qu'est Pampille, « de l'âpre saveur des crêpes de blé noir cuites sur un feu d'ajoncs ».
M. PROUST, À la recherche du temps perdu, La Prisonnière, 1922, p. 36.
6. ... des applaudissements isolés et vigoureux claquèrent çà et là comme des cosses d'ajoncs touchées par le feu.
COLETTE, La Seconde, 1929, p. 211.
Rem. 1. Syntagmes usuels. L'espèce la plus répandue est l'ajonc d'Europe (ulex europaeus), qui atteint une hauteur de 2 m. On en connaît 2 variétés, l'une à rameaux spinescents, sans feuilles, l'autre au feuillage vert foncé. On trouve aussi l'ajonc nain, abondant en Provence. On l'appelle vulgairement ajonc marin, jomarin, ajonc commun ou landier, jonc épineux, vigneau, genêt épineux. BRARD 1838 ajoute : ,,lande épineuse, bruse, sainfoin d'hiver``.
Rem. 2. Les emplois soulignent naturellement l'aspect utilitaire de l'arbuste, l'ajonc incinéré fournit un excellent moyen d'amendement des terres. Il sert comme combustible, comme clôture, pour la litière des animaux. Cf. d'autre part : ,,L'ajonc constitue un fourrage fort apprécié des animaux dans les landes granitiques où il pousse spontanément.`` (T. BALL, Machines agricoles, 1933, p. 539).
Considéré sous son aspect esthétique, l'ajonc est un élément de la poésie de la lande, de la Bretagne :
7. « Tout ce que je voudrais c'est de retourner encore une fois à Rennes. » — À travers les haies de genêts et d'ajoncs, les routes voûtées de verdure où l'on peut se tenir à peine debout à cause des branches; quelquefois une avenue de hêtres, deux vallons laissant voir la campagne, dans le brouillard, toute cicatrisée de haies; et puis des cavées profondes, des pentes nues, jaunâtres d'ajoncs; pas d'oiseaux, pas de village, pas d'hommes; la verdure sombre et muette au pays féodal et triste.
G. FLAUBERT, Par les champs et par les grèves, Touraine et Bretagne, 1848, p. 269.
8. Ils s'en allaient, au vent froid du soir qui avait l'odeur de la mer, rencontrant çà et là, sur la rase lande, les chaumières déjà fermées, bien sombres sous leur toiture bossue, pauvres nids où des pêcheurs étaient blottis; rencontrant les croix, les ajoncs et les pierres.
P. LOTI, Pêcheur d'Islande, 1886, p. 101.
9. ... la lande de Carnac, qui parmi les bruyères et les ajoncs dresse ses pierres inexpliquées; la forêt de Brocéliande, pleine de rumeur et de feux follets, où Merlin par les jours d'orage gémit encore dans sa fontaine; ...
M. BARRÈS, La Colline inspirée, 1913, p. 71.
10. Albert se réjouissait comme un enfant de sa mystérieuse demeure, il se laissait aller au charme d'une nature vierge. La Bretagne prodiguait alors ses séductions pauvres, ses fleurs humiliées : les genêts, les ajoncs, les bruyères croissaient en foule sur les landes qu'Albert parcourait chaque jour à cheval dans d'interminables promenades.
J. GRACQ, Au château d'Argol, 1938, p. 39.
Prononc. :[]. FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 283 fait remarquer que c ,,ne se prononce pas dans banc, blanc, flanc, franc, (il) convainc, (il) vainc, ajonc, jonc, tronc``.
Étymol. ET HIST. — 1280 bot. agon « arbrisseau épineux à fleurs jaunes » (Liv. rouge, p. 313, Bibl. Chart. ds GDF. Compl. : Ubicumque barbe et feuture sive les agonz); 1389 ajonc « id. » (Chasse de Gast. Phebus, ibid.).
Orig. obsc. Remonte prob. à un dér. préroman ajaugone du rad. ajauga (DAUZAT 1968, EWFS2, COR. t. 2 1955, s.v. gayuba). Ce rad. expliquerait à côté de ajonc, la forme ajou au XIIIe s. (ds GDF.; latinisée en adjotum, cf. DU CANGE s.v.). Les formes dial. de tout l'ouest de la France (type jaugue, yaugue, ayaúgo en Gironde et au nord des Landes, jôghe en Charente-Inférieure, ajaillon en Poitou, jeyon, jeyan, jian en Bas-Maine, jeyon dans l'Orne, jion en Haut-Maine, Sarthe, Mayenne, en Bretagne et Normandie) peuvent alors s'expliquer, soit par le rad., soit par son dér. Apr. métathèse ce rad. devenu (a)gajúa expliquerait les formes esp. : cast. gayuba « raisin d'ours », andalou gayomba « genêt odorant », hispano-ar. bayúnb « houx » (COR. loc. cit.). Il n'est donc pas nécessaire, comme le fait REW3 (s.v. jauga) de partir pour le fr. d'une forme fr. de l'Ouest joue devenue la joue, puis, avec fausse syncope de l'article, ajou, puis ajon(c), d'autant que la nasalisation n'est pas expliquée.
Le rad. préroman (a)gab-on proposé par J. Hubschmid (Z. rom. Philol. t. 71, p. 242 et Thesaurus Praeromanicus, 1965, fasc. 2, p. 120) et BL.-W.5 n'explique pas le -j- des formes fr. Voir aussi FEW t. 21, p. 105.
STAT. — Fréq. abs. litt. :109.
BBG. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BOISS.8. — BRARD 1838. — GRAFSTRÖM (Å.) Un Suédois traverse la France au XVIIIe siècle. (Le journal de voyage de Bengt Ferner). In : Acta Universitatis Stockholmiensis. Stockholm, 1964, pp. 5-56 (Stockholm Studies in modern philology. New series. 2). [Cr. BALDINGER (K.). Z. rom. Philol. 1964, t. 80, p. 640.]

ajonc [aʒɔ̃] n. m.
ÉTYM. 1389, par attract. de jonc; ajou, XIIIe; agon, 1280; mot berrichon d'orig. probablt prélatine.
Plante légumineuse (Papilionacées; n. sc. : ulex) dont la principale espèce, l'ajonc d'Europe dit ajonc (ou jonc) marin, jomarin, jonc épineux, landier, vigneau…, est un arbrisseau épineux, commun dans les terrains arides non calcaires (landes). || L'ajonc broyé constitue un excellent fourrage. || Les ajoncs en fleurs.
1 (…) des champs de genêts et d'ajoncs resplendissent de leurs fleurs qu'on prendrait pour des papillons d'or.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. I, II.
2 (…) il lui sembla reconnaître et se rappeler : les ajoncs, les éternels ajoncs marins des sentiers et des falaises, qui ne jaunissent jamais dans le pays de Paimpol.
Loti, Pêcheur d'Islande, I, 3.
3 (…) la caresse des fougères, le frottement des brandes (sinon la griffure des ajoncs).
Claude Mauriac, le Temps immobile, p. 401.
tableau Noms d'arbres, arbustes et arbrisseaux.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ajonc — ajonc …   Dictionnaire des rimes

  • ajonc — AJONC. s. m. Arbuste à fleurs légumineuses de couleur jaune, et garni de piquans. On l appelle aussi Jonc marin. Voyez ce mot …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Ajonc — Ulex …   Wikipédia en Français

  • AJONC — s. m. Arbuste fort épineux, à fleurs légumineuses et jaunes, et à feuilles petites, qui croit dans les lieux incultes et stériles, et qui est employé à divers usages économiques. Faire des fagots d ajonc pour chauffer le four. Les jeunes pousses… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AJONC — n. m. Arbuste épineux, à fleurs jaunes et à feuilles petites, appelé aussi Genêt épineux. Faire des fagots d’ajonc pour chauffer le four. Les jeunes pousses de l’ajonc servent à nourrir les bestiaux …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ajonc — (a jon) s. m. Arbuste fort épineux, à fleurs légumineuses, dit aussi genêt épineux. HISTORIQUE    XIIIe s. •   Autres terres qui sont appelées adjoubs, DU CANGE adjotum.. •   Pour la moitié d un adjoub, seant vers le bois de Arcies, DU CANGE ib …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Ajonc d'Europe — Ajonc d Europe …   Wikipédia en Français

  • Ajonc épineux — Ajonc d Europe Ajonc d Europe …   Wikipédia en Français

  • Ajonc De Le Gall — Ajonc de Le Gall …   Wikipédia en Français

  • Ajonc de le gall — Ajonc de Le Gall …   Wikipédia en Français